08/12/2020
Les plaquettes sanguines : un besoin vital permanent


Partez à la découverte des plaquettes, élément sanguin peu connu mais si important, avec le Dr Jacques Courchelle (responsable régional des prélèvements en Auvergne-Rhône-Alpes).
 

Dr J COURCHELLE

Les plaquettes, mais c’est quoi au juste ?

Commençons d’abord par une petite citation que j’apprécie, tant elle reflète l’importance des plaquettes : « Le nain du sang est engendré par le géant de la moelle osseuse ». Les plaquettes sanguines sont des cellules sans noyau formées dans la moelle osseuse et jouent un rôle essentiel et fondamental dans la coagulation, processus complexe qui vise à épargner ce liquide précieux qu’est le sang après une blessure, plaie, coupure….

Les plaquettes contribuent à l’arrêt du saignement du fait de leurs propriétés d’adhésion et d’agrégation : elles colmatent les brèches des vaisseaux en s’étalant sur la surface lésée grâce à leurs propriétés adhésives et en s’agrégeant les unes aux autres elles vont former dans un premier temps un bouchon appelé « clou plaquettaire » qui sera consolidé dans un second temps par l’activation de toute une chaîne de protéines coagulantes contenues dans le plasma : les facteurs de coagulation.

Chez l’Homme la survie plaquettaire est relativement courte et comprise entre 8 et 12 jours. Heureusement une moelle osseuse « en forme » en produit des milliards par jour. Il arrive malheureusement parfois que ce bel équilibre soit rompu par des perturbations touchant la quantité (déficit en plaquettes appelé thrombopénie) ou la qualité des plaquettes (appelée thrombopathie).  Les conséquences en sont souvent dramatiques et conduisent la plupart du temps à des hémorragies parfois sévères.

Dans ces situations il n’existe souvent qu’une seule alternative : la transfusion de plaquettes. Celle-ci est alors une solution de l’urgence et le temps est alors compté. Malgré les avancées technologiques et scientifiques, l’Homme n’est pas encore parvenu à créer des cellules sanguines de synthèse et il est encore loin de pouvoir fabriquer des plaquettes, tant leurs propriétés sont multiples et complexes. La transfusion repose toujours et encore sur les donneurs de sang et par extension sur les donneurs de plaquettes.

Pourquoi différencier « donneur de sang » et « donneurs de plaquettes » ?

Les plaquettes sanguines peuvent avoir deux sources de préparation différentes en vue d’une transfusion : 

  • don de sang (dit « total »)
  • d ’« aphérèse »

Abordons tout d’abord le don de sang « total»
Lors de ce type de don (le plus connu), la quantité de plaquettes recueillies est insuffisante pour contribuer à stopper une hémorragie. L’EFS a donc recours à la technique dite de « poolage » qui consiste à mélanger les plaquettes issues d’au moins 5 donneurs de sang total et de groupe sanguin identique, afin d’obtenir une concentration plaquettaire efficace pour le patient. Le produit obtenu porte l’appellation de MCP : Mélange de Concentré de Plaquettes.

Parlons maintenant d’un don méconnu mais qui revêt tant d’importance pour les malades : le don de plaquettes d’aphérèse.
Il consiste quant à lui, à obtenir une quantité suffisante de plaquettes en un seul don à l’aide d’un automate appelé « séparateur d’aphérèse ». Cette technique permet lors du prélèvement, de sélectionner uniquement les plaquettes et de restituer les autres composants sanguins (globules rouges, globules blancs) au donneur. Cette restitution permet de prélever une plus grande quantité de plaquettes équivalente à une unité thérapeutique transfusée à un patient. Le produit obtenu porte alors l’appellation de CPA : Concentré de Plaquettes d’Aphérèse.

Pour les deux types de prélèvement, la sécurité du donneur est préservée à chaque étape par l’utilisation de matériels et consommables à usage unique. Dès lors que ces unités plaquettaires sont prélevées, un compte à rebours se déclenche car la durée de vie de ces produits est limitée à 5 jours. Durant ce laps de temps, les plaquettes devront également être agitées en continu sous une température comprise entre 20 et 24°c sous peine de voir le processus d’activation et d’agrégation s’engager et rendre le produit inutilisable. La constitution d’un stock de sécurité pour les malades n’est dès lors possible que si et seulement si l’approvisionnement par les dons de sang total ou de plaquettes est régulier et continu.

Quelle est l’utilité des plaquettes pour les malades ?

La plupart des produits plaquettaires vont être utilisés dans le cadre de l’urgence pour compenser un déficit plaquettaire (quantitatif ou qualitatif) à l’origine d’une hémorragie.
Mais on oublie trop souvent que de nombreux malades souffrant d’un déficit de production de plaquettes nécessitent au quotidien et de façon répétée des transfusions de concentrés de plaquettes dans le cadre du traitement d’une aplasie (insuffisance de production de la moelle osseuse), de leucémies, de métastases ou de maladies auto immunes (dérèglement immunitaire).

Les besoins en produits plaquettaires sont permanents et ne sauraient souffrir d’un déficit d’approvisionnement. C’est pourquoi  – en cette période de fin d’année – l’EFS lance un appel à la mobilisation des donneurs de plaquettes que ce soit par l’intermédiaire d’un don de sang total ou par un don d’aphérèse.


Ces appels au don de plaquettes peuvent également être répétés dans l’année lors de période que l’on sait tendue pour l’approvisionnement en plaquettes : les jours fériés, certaines périodes de vacances, et bien entendues en période d’intempéries lorsque les donneurs ont des difficultés à se déplacer sur les collectes. Alors ne soyez pas surpris d’être contacté pour donner des plaquettes à partir d’un don de sang « total » ou, dans le cas où votre concentration de plaquettes est plus élevée que la moyenne (entre 150 et 400 000/mm3 de sang) que l’EFS vous incite à donner en aphérèse.

Je vous souhaite de passer d’excellentes fêtes de fin d’année et merci pour votre mobilisation chaque jour aux côtés de l’EFS.