12/01/2022
Entretien médical_don de sang

Le ministère des solidarités et de la santé, qui définit par arrêté les critères de sélection des donneurs de sang, a annoncé la publication d’un nouvel arrêté levant à partir du 16 mars prochain l’ajournement au don de sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de l’évaluation régulière et transparente des critères de sélection des donneurs. Depuis la fin de l’exclusion permanente au don de sang des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes en juillet 2016, des travaux sont menés avec un Comité de suivi regroupant institutions, agences sanitaires et associations (donneurs de sang, patients receveurs de produits sanguins, associations LGBT …), permettant d’aboutir aujourd’hui à une levée totale de l’ajournement des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Passé en 2016 à douze mois sans relations entre hommes, puis quatre mois en 2020, l’ajournement ainsi levé, constitue une avancée sociétale majeure en ouvrant ce geste citoyen à de nouveaux donneurs. Cette mesure répond également aux impératifs de sécurité sanitaire, le risque résiduel de contamination par transfusion étant très faible et en baisse régulière. 
 
Très concrètement, cette nouvelle disposition induit des évolutions aux étapes du questionnaire et de l’entretien préalables au don. Le critère d’accès au don faisant référence aux partenaires sexuels sera désormais le même pour toutes et tous, impliquant donc un monopartenariat réciproque dans les quatre mois précédant le don. Cette durée d’ajournement de 4 mois est celle actuellement prévue pour de multiples contre-indications (par exemple les tatouages ou piercings, certains voyages, endoscopie…).

Plus aucune question relative à l’orientation sexuelle du donneur ne sera posée, ni dans le questionnaire ni lors de l’entretien préalable réalisé par un médecin ou un(e) infirmièr(e). Le nouvel arrêté intègre également un nouveau critère d’ajournement pour quatre mois en cas de prise d’un traitement pour la prophylaxie pré-exposition (PrEP) ou la prophylaxie post-exposition (PEP) au VIH.
 
D’ici au 16 mars, l’EFS va mettre en œuvre l’impression et la diffusion du nouveau questionnaire sur l’ensemble des points de collectes du territoire, le paramétrage informatique, ainsi que la formation du millier d’infirmiers et médecins qui réalisent les entretiens préalables au don, afin de pouvoir accueillir dans les meilleurs conditions les nouveaux donneurs qui feront peut-être pour la première fois ce geste citoyen et solidaire. 
 

Le 16 mars 2022 marque une date historique pour le don de sang. L’EFS sera au rendez-vous.