Chaque jour, 10 000 dons sont nécessaires pour soigner un million de malades par an. La gestion des réserves de sang est d’autant plus délicate que les produits sanguins ont une durée de vie limitée. Voici une estimation du niveau de ces stocks en fonction des différents groupes sanguins.

Opérateur civil unique de la transfusion sanguine en France, l’EFS a pour mission  d’assurer l’autosuffisance nationale en produits sanguins en respectant des valeurs éthiques (anonymat, bénévolat, volontariat et non profit). Il assure également une gestion rigoureuse du stock de produits sanguins, permettant ainsi d’atteindre un taux de péremption extrêmement faible.

Niveau des réserves :

Le niveau des réserves en produits sanguins s’évalue par sur un horizon de  2 à 4 semaines. 

Satisfaisant : les réserves de sang sont bonnes et permettent de satisfaire les besoins actuels des malades. Il faut néanmoins penser à donner son sang dans les semaines à venir.    

Moyen : les réserves de sang baissent, elles peuvent répondre aux besoins des malades pendant 1 à 2 semaines seulement. L’EFS invite les personnes volontaires à effectuer dès maintenant un don de sang dans l’un de ses sites de collecte.

Critique : les réserves sont insuffisantes et ne permettront pas de couvrir les besoins en produits sanguins si la situation persiste au-delà de quelques jours. La mobilisation de tous est immédiatement nécessaire pour reconstituer rapidement les stocks.

Le groupe O-

Les personnes de groupe O- ne représentant que 6 % de la population.

C’est un groupe très recherché car les individus de groupe O- peuvent donner leurs globules rouges et leurs plaquettes à de très nombreux receveurs de Rhésus positif et à tous les receveurs de Rhésus négatif.

Le groupe A-

Le groupe A- est rare puisqu’on le retrouve chez seulement 7 % des Français.

C’est pour cela qu’un don provenant d’un individu de groupe A- compte particulièrement. En effet, son sang est plus difficile à trouver que celui d’autres groupes.

Le groupe B-

Tout comme le groupe AB-, le groupe B- est le plus rare en France  avec moins d’1 % de la population qui le possède.

Cette rareté justifie le caractère indispensable des dons en provenance de personnes du groupe B- pour couvrir les besoins des patients de ce même groupe.

Le groupe AB-

À l’instar du groupe B-, le groupe AB- est le plus rare en France avec moins d’1% de la population qui en est porteur.

Les donneurs de groupe AB- sont très demandés car ils sont « donneurs universels de plasma » : leur plasma peut être transfusé à n’importe quel receveur et ce, quel que soit leur groupe sanguin.

Le groupe O+

Après le groupe A+, le groupe O+, avec 36 % de la population, est le groupe sanguin le plus commun en France.

Les dons effectués par des individus de groupe O+ sont très utiles car ils peuvent être transfusés à de très nombreux receveurs (du même groupe sanguin et tous ceux de Rhésus positif).

Le groupe A+

Avec plus de 38 % de la population, le groupe A+ est le plus courant en France.

La demande de sang de ce groupe étant souvent très élevée, les donneurs de groupe A+ sont très utiles. 

Le groupe B+

En France, les individus de groupe B+ sont peu nombreux car ils ne représentent que 7,5 % de la population.

Cependant, les dons provenant de personnes de ce groupe permettent de sauver de nombreuses vies.

Le groupe AB+

Les individus de groupe AB+ représentent à peine 3 % de la population.

Ils sont particulièrement recherchés car ils sont « donneurs universels de plasma » : leur plasma peut être transfusé à tous les malades quel que soit leur groupe sanguin.